Mardi, 15 septembre 2015

On l’attendait depuis longtemps, plus de trois semaines pour être exact, et la fameuse première bonne journée a livré la marchandise. Après quelques journées d’un peu plus de 100 rapaces les 3, 8 et 10 septembre, ce sont 439 oiseaux de proie qui ont déboulé en ce 15 septembre 2015. Les conditions humides des trois jours précédents y sont pour quelque chose, mais il y avait quelque chose dans l’air cet après-midi… Le débit de passage lors des heures du matin et l’origine SE du vent ne laissaient pas présager une telle journée. Vers 12h45, le vent a peut-être pris une composante plus franche du sud, et il n’en fallait pas plus pour que lèvent les rapaces. Un peu avant 16h00, le vent a tourné fort de l’ouest, ce qui a insufflé une autre dose à ce mouvement inhabituellement tardif.

Épervier brun juvénile

Épervier brun juvénile

Comme c’est pratiquement toujours le cas tôt en saison, l’Épervier brun dominait le passage, avec 253 individus. L’autre migrateur hâtif intimement associé à cette période de l’année est la Petite Buse. Faute de vrais vents du nord-ouest pour la concentrer le long de la côte, l’espèce nous a fait faux bon cet automne. Néanmoins, ce fut la meilleure journée avec 50 individus. Voici les quantités pour les autres espèces de rapaces qui ont survolé les dunes entre 7h00 et 17h00:

  • Balbuzard pêcheur: 19
  • Busard Saint-Martin: 20
  • Autour des palombes: 2
  • Pygargue à tête blanche: 11
  • Buse à queue rousse: 1
  • Crécerelle d’Amérique: 65
  • Faucon émerillon: 16
  • Faucon pèlerin: 2
Les petits faucons (ici, un émerillon) profitaient de l'abondance de libellules en fin d'après-midi pour casser la croûte tout en continuant leur mouvement vers le sud-ouest.

Les petits faucons (ici, un émerillon) profitaient de l’abondance de libellules en fin d’après-midi pour casser la croûte tout en continuant leur mouvement vers le sud-ouest.

Ce n’était pas mauvais pour les passereaux, dont les meneurs de charge étaient les Pipits d’Amérique au nombre de 169. Un Bec-croisé des sapins (type 3) et un Engoulevent d’Amérique ont été recensés tardivement, alors que le matin, un premier Bruant des plaines et un 4e Dickcissel d’Amérique cet automne ont fait acte de présence. Ce dernier, du moins fort probablement le même individu, est revenu sur ses pas deux heures après avoir été détecté parmi des pipits et filant vers le sud-ouest.

En toute fin de journée, le soleil de dos et l’abondance de mouettes en déplacement à moins de 2 km valait le coup d’oeil. Votre recenseur a été choyé par une rare observation de Mouette de Sabine, une juvénile, depuis le belvédère Yvan-Duchesne.

Ce réchauffement de l’action autant sur terre que sur mer, signe que l’automne ornithologique entre dans sa période la plus productive, est de bonne augure pour le festival des migrateurs qui débute dans à peine 3 jours…

À bientôt,

Olivier Barden, recenseur à l’OOT